Louis Stettner: un Américain à Paris.

Après plusieurs semaines à voir des affiches d’expos dans les transports parisiens, j’ai enfin trouvé le temps pour me rendre sur un des lieux : Le Centre Georges Pompidou ! C’est un endroit où je vais régulièrement puisque les expositions sont toujours très intéressantes, où l’on découvre des artistes mais où l’on peut aussi voir de grandes rétrospectives.

Je ne connaissais pas ce photographe, mais rien que l’affiche me donnait envie. Et en effet, j’ai été très touchée par son point de vue.
Je vous le présente un peu: Louis Stettner est né à Brooklin dans les années 1920. Ce qu’il aime: photographier ce qui l’entoure. Il arrivera à Paris après la guerre où il verra les sourires réapparaître.

On entre dans une petite salle au sous-sol du Centre Pompidou. Un calme y règne. L’exposition a pour titre: Ici ailleurs. Elle porte bien son nom. En effet, vous voulez voyager, Louis Stettner vous emmène à New York, à Paris et dans le sud de la France. On y découvre des photos en noir et blanc qui retranscrivent le quotidien des américains comme des parisiens. Dès la première photo je suis conquise, peut-être parce que je connais ces deux villes magnifiques. Stettner est très observateur, « l’autre, voilà ce qui m’a toujours passionné. » Il a donc plusieurs cordes à son arc: en effet, il photographie des portraits, des silhouettes aux styles différents, certaines qui font sourire, d’autres qui touchent, des personnages aux regards perçants; mais aussi des rues, des paysages et la nature: qu’il pleuve, qu’il neige, ou qu’il vente, il s’en sert magnifiquement bien ! Je crois que ce que j’admire le plus est son attention aux ombres des architectures, aux perspectives des immeubles, à son cadrage.
À travers ses images et certains textes qui les accompagnent, le photographe nous communique sa passion, on sent qu’il aime son métier et c’est ce qui nous touche dans ses photos.

Cette rétrospective est assez courte, ce qui est dommage, j’en aurait bien vu davantage. Par ailleurs, la scénographie est assez différente de ce que l’on peut voir habituellement. En effet, les séries de photographies sont très proches les unes des autres, le scénographe a joué avec les formats, ce qui est assez dynamique. Aussi, il mélange articles de journaux et photos, une sorte de carnet de bord sur mur, ce qui éveille notre curiosité, nous avons envie d’aller lire, observer et également d’entrer dans ce monde passé, être aux côtés de ces personnages grâce à cet air mélancolique, à ces ombres et lumières, on regretterait presque de ne pas vivre à cette époque.

Je vous invite à passer découvrir cet artiste à la Galerie Photographique  du Centre Georges Pompidou ! J’espère que ce petit aperçu vous plaira !

Garance.

15 juin 2016 – 12 septembre 2016
de 11h00 à 21h00
Galerie de photographies – Centre Pompidou, Paris

Entrée libre

11

1234567891012

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s